Et de deux. Alors que Big Shoot confrontait le maître et l’esclave dans un duel comico-cruel à la sauce télé-réalité, Jaz sonde les souffrances intérieures d’une jeune femme violée en proie à la honte et la culpabilité. Intrigué par l’écriture si profondément musicale de Koffi Kwahulé, Alexandre Zeff retrouve le dramaturge ivoirien dans un solo jazzy intense et éprouvant. Le cadre exigu de la Loge est l’occasion pour Ludmilla Dabo de briller de mille feux.

Il manque un z à Jaz. Une amputation profonde, qui laisse des marques. Tous les dimanches, Jaz se fait violer dans la sanisette glauque près de chez elle. Fuyant la merde qui a envahi son HLM ; profitant du calme agréable de la cité pendant que les habitants font la grasse matinée. Jusqu’à ce qu’un voisin possédé, surnommé l’Inquisiteur (on regrettera d’ailleurs un jeu outrancier qui confine au grotesque avec des cris beaucoup trop marqués, loin de rendre compte finalement de la perversité du monstre), la souille invariablement avec la pointe de son sexe aussi virulent que la queue d’un scorpion. Comment surmonter cette répétition traumatisante ?

Jaz repose sur une écriture en tension : par bien des aspects, elle s’avère blanche, c’est-à-dire sèche, abrupte, violente dans son aridité descriptive comme si le viol était raconté d’un point de vue extérieur et sans affect. Par ailleurs, elle est aussi lyrique au sens littéral du terme. Aficionado de jazz, Kwahulé conçoit sa pièce comme une partition musicale marquée par les reprises, les variations.

Alexandre Zeff respecte ce tempo si particulier en réunissant à nouveau le Mister Jazz Band. Ambiance feutrée, ombres chinoises érotiques… Le début du spectacle joue à fond la carte de l’effeuillage sexy et élégant. Ludmilla Dabo se montre d’abord canaille, séductrice avec sa robe noire moulante et ses talons hauts rouges. La panthère mène la danse. Arrive le moment de la confession et tout bascule : en enlevant sa perruque, la comédienne va dévoiler la fissure inaugurale du viol et se mettre à nu. Le temps des plaisirs semble dès lors bien loin : le changement de registre est brutal et prend de suite aux tripes.

La voix de la résilience
Seule sur scène, face à son destin, Jaz va trouver un exutoire grâce à la musique et au chant : crooneuse à la voix rauque et sensuelle, Ludmilla Dabo passe d’une diablesse mutine à une âme en détresse déchirante. Ces intermèdes donnent du souffle à la représentation, lui permettent de respirer, de se déployer. On écoute hypnotisés cette berceuse captivante…

La scénographie de Benjamin Gabrié inscrit les tourments de Jaz dans une cage étroite entourée de barreaux lumineux. Avec la sanisette comme élément central, l’espace devient le lieu de la monstration du viol, du retour incessant et cyclique sur le trauma. Ces toilettes de fortune symboliseront aussi la libération de la jeune femme dans une scène de rituel chamanique onirique. Telles les ailes d’un oiseau qui se déploient, les murs de la prison s’ouvrent pour entamer le processus de résilience par la beauté de la poésie. La musique intérieure de Jaz, cette note unique et inaudible pour le reste du monde, sera sa bouée de secours. Un moyen aussi de nous faire comprendre que l’art a aussi une fonction thérapeutique salvatrice.

Lors de saluts, Ludmilla Dabo semble submergée par l’émotion. Les larmes aux yeux, elle nous transmet son attachement à son personnage, à cette femme qui va utiliser les armes et son chant pour résister. ♥ ♥ ♥ ♥

JAZ de Koffi Kwahulé. M.E.S d’Alexandre Zeff. Théâtre de la Loge. 01 40 09 70 40. 50 min.

Publicités