Peut-on éprouver de la compassion pour une meurtrière ? En adaptant Chanson douce, roman choc de Leïla  Slimani, Pauline Bayle met en lumière le portrait d’une nourrice victime de la violence sociale. Florence Viala s’engouffre jusqu’au vertige dans la peau de ce personnage trouble. Un rôle en or pour une comédienne d’exception.

Pas de fioritures sur le plateau exigu du Studio-Théâtre. Un canapé, des chaises et une table. Nous sommes bien loin des paillettes et du sang de L’Odyssée et de L’Iliade. Cette sobriété affichée rend encore plus insoutenable l’infanticide annoncé dès le début de la pièce. Respectant la chronologie à rebours du texte source, Pauline Bayle remonte à l’origine du mal en proposant un déroulé fluide. Des conséquences à la cause. Pourquoi donc Louise, une baby-sitter dévouée, aurait-elle commis l’irréparable en assassinant les deux enfants d’un couple qui était aux petits soins pour elle ?

La metteur en scène n’éclaircit pas les zones d’ombre de ce personnage énigmatique. En revanche, elle lui insuffle une dose d’humanité qui empêche de condamner véritablement cette nourrice. Isolée, désespérée et rageuse, Florence Viala décrit la routine maussade des petites gens. Une banlieue grise, des dettes, un appartement glauque… Une immense solitude s’empare de la comédienne. Une rancoeur terrible aussi. S’attaquer à des petits innocents serait-il un moyen de prendre une revanche sur la vie ? De punir cette injustice sociale qui contraint cette femme à basculer dans l’horreur ? On ne saura jamais vraiment pourquoi.

Dense dans son jeu, Florence Viala conserve à la fois une part d’opacité, forcément mystérieuse et se dévoile sans fard au public. Cette tension entre secret et confession poignante engendre une attention accrue sur ce personnage. La comédienne éclipse donc ses deux camarades. Bien qu’Anna Cervinka et Sébastien Pouderoux ne déméritent pas, on reste fasciné en présence de ce monstre froid, qui dissimule une mélancolie touchante. Elle est d’autant plus mise en avant que Pauline Bayle a eu la bonne idée de concentrer sa distribution sur trois personnages.  Les deux comédiens jouent à la fois les parents et les enfants, papillonnant autour de cette figure centrale. ♥ ♥ ♥ ♥

CHANSON DOUCE de Leïla  Slimani. M.E.S de Pauline Bayle. Comédie-Française. 01 44 58 15 15. 1h15

© Brigitte Enguérand

Publicités