« Rire du malheur des autres. ». En voilà un adage bien cruel. Cruel mais plaisir coupable tout de même. Qui n’a jamais éprouvé de la satisfaction, même involontaire, en assistant au naufrage d’un tiers, proche ou non ? Dans Vie et mort de H, Hanokh Levin donne chair au destin d’un pauvre type pathétique et attachant qui ne demande qu’un peu d’affection. La mise en scène de Clément Poirée à la Tempête assume une outrance expiatoire et délurée qui prend en charge le ridicule de cette famille invraisemblable.

Qui peut supporter H, ce parasite quadragénaire et immature ? Sûrement pas les Boubel qui doivent se le coltiner depuis presque vingt ans… Mi-Pierrot, mi-Droopy, notre protagoniste traîne son existence comme un boulet. La situation empire lorsque Fogra, la fille unique des Boubel, s’apprête à se marier. H voit passer sous son nez l’amour de sa vie.

La pièce de Levin ne fait pas de cadeau à ses personnages. Tous en prennent pour leur grade, la demi-mesure n’a pas sa place ici. Poirée l’a très bien compris et exploite la dimension grotesque de l’œuvre en exacerbant une esthétique expressionniste. On adhère ou pas. Certains crieront au plagiat de Tim Burton ou à une absence flagrante de nuances. D’autres, au contraire, apprécieront la poésie loufoque de l’ensemble.

Comédiens au taquet
Il faut dire que Poirée s’est entouré d’une distribution en béton (nécessaire pour éviter de tomber dans le too much non maîtrisé) : Luce Mouchel explose en vamp maniérée ; Eddie Chignara campe un chef de famille totalement à côté de la plaque ; Laurent Ménoret est tordant en ami chevelu à la démarche de petite souris. Bruno Blairet s’empare du rôle-titre avec une aisance remarquable, qui parvient à saisir toutes les subtilités de son rôle. Deux jeunes femmes enfin sont à suivre de près : Camille Bernon se montre irrésistible en perverse narcissique tête à claques. Louise Coldefy déclenche des fous rires à chacune de ses apparitions en serveuse courbée et extatique. Un régal. Dans un décor ouvert qui multiplie les portes-tourniquets comme autant de métaphores d’une vie qui nous échappe, tous ces comédiens s’allient dans une proposition absurde et décalée. ♥ ♥ ♥

VIE ET MORT DE H de Hanokh Levin. M.E.S de Clément Poirée. Théâtre de la Tempête. 01 43 28 36 36 . 2h10.

© Antonia Bozzi

Publicités