Gonflée à bloc suite à sa récente participation dans Danse avec les stars, Véronic DiCaire entame une tournée titanesque avec son nouveau spectacle, sobrement baptisé Voices. Rodé après son triomphe au Canada et à Las Vegas, l’ouragan québécois enflamme Le Grand Rex dans un show impressionnant à l’américaine. Diamant brut à la voix de caméléon, l’imitatrice rend un hommage survitaminé aux muses de la chanson qui l’ont inspirée. Et ça déménage !

Tout commence à l’instar des génériques de James Bond : un cercle encadre une silhouette féminine ; une chanson retentit. Adele et Lara Fabian donnent de leur personne et de leur voix. Sauf que derrière le rideau, se cache une boule de feu blonde dans une forme olympienne.

Voices réussit le tour de force de conjuguer humour (parfois très grivois mais toujours taquin), prouesses vocales et dons d’imitation dans une alliance parfaitement équilibrée. Ultra carré, ce nouveau cru ambitionne de rivaliser avec les grands moutures tout droit sorties de l’Oncle Sam. Là où Florence Foresti s’était cassée les dents avec Foresti Party Bercy en versant dans la surenchère, DiCaire gagne son pari avec ce spectacle exigeant et total.

Elle prouve que le chant et les tessitures peuvent s’ériger en moteur comique dans le sens où plusieurs tableaux ridiculisent gentiment les tics des « queens of music ». On retiendra entre autres les cours d’impro (ou comment Shakira s’avère le fruit improbable d’une union entre Kermit et Miss Piggy), les différences culturelles et musicales entre la France, l’Amérique et le Québec ou bien la réécriture burlesque de chansons cultes (« L’Aigle noir » de Barbara se métamorphose ainsi en « Danse des canards » et « Mon Mec à moi »  de Patricia Kaas, « La Grosse Bite à Dudule »…)

Girl power
Si l’humoriste titille les zygomatiques de son public survolté, l’essentiel est ailleurs. En réalité, Voices constitue une célébration (à peine déguisée) de toutes les chanteuses qui ont marqué la performeuse. Et il y en a un paquet… Féminine jusqu’au bout de ses escarpins noirs, Véronic DiCaire devient la porte-parole rigolote et passionnée de ses sirènes préférées aux voix puissantes. Divisé en plusieurs volets, le spectacle se concentre sur les « Queens of pop » (Madonna en tête bien sûr, sans oublier Pink ou Lady Gaga), les divas (Aretha Franklin, Liza Minelli, Barbra Streisand…) ou un mash-up final énergique convoquant Beyonce et Cindy Lauper. Collant au plus près de l’actualité, elle s’empare notamment de Christine and the Queens, « Hello » d’Adele et « Chandelier » de Sia avec une facilité déconcertante. Les Françaises ne sont pas en reste et France Gall, Véronique Sanson, Vanessa Paradis ou Anggun ont leur heure de gloire.

Forte de son expérience dans Danse avec les stars, l’imitatrice accompagnée de ses quatre « voicettes » a soigné ses chorégraphies et se paye même le luxe de signer un tableau entièrement dansé au rythme des chansons cultes du programme de TF1. Dynamisme garanti !

Irrévérencieuse, généreuse et disposant d’un indéniable capital sympathie, Véronic DiCaire a aisément conquis son public parisien qui lui a réservé une ovation bien méritée. L’une des dernières chansons de Voices s’intitule « I will always love you »… Une déclaration d’amour émouvante à ses fidèles ? À moins que ce ne soit « I’m every woman », hymne à la féminité. Dans les deux cas, on ressort du Grand Rex le sourire aux lèvres avec la folle envie de se replonger en rentrant chez soi dans le répertoire immortel de nos plus grandes divas françaises ou internationales. ♥ ♥ ♥ ♥

VERONIC DICAIRE – VOICES. Grand Rex. 01 45 08 93 89. 1h50.

© DR

Publicités