Qui n’a jamais eu le fantasme d’un dérapage dans les vestiaires ? Odeurs d’aisselle, de slip sale, convivialité sportive, érotisme latent… Sortez vos brumisateurs, la température monte d’un cran au Rond-Point ! Tournant dans le monde entier depuis presque dix ans, Un poyo rojo dégouline de moiteur argentine et questionne sans détour notre rapport à la virilité. On vous prévient, vous sortirez tout émoustillés de cette danse musclée.

Un duo d’athlètes s’échauffe vigoureusement tandis que le public pénètre dans la salle Tardieu. Puis les hostilités commencent : on se jauge, on teste ses limites, on cherche à se dépasser. Le sport, terrain rêvé de compétition, enclenche une parade de séduction enfiévrée et provocante.

Moiteur argentine
Hermes Gaido orchestre ce ballet burlesque et bourré d’hormones avec une intensité indéniable. Marcels trempés, Alfonso Barón et Luciano Rosso tentent de s’apprivoiser, s’attirent et se repoussent, essayent de conclure avec une tension sexuelle aussi hilarante qu’excitante. Leurs mouvements graciles, d’une troublante féminité, désamorcent les clichés liés à la représentation de la virilité. Les deux Argentins barbus et velus n’hésitent pas à se lancer des œillades. Au cours d’un déshabillage caliente laissant apparaître leur physique très avantageux, le tandem dévoile une chorégraphie humide qui contamine sensuellement toute l’assemblée…

Pour corser encore davantage ce coup de foudre, un troisième personnage s’invite à la fête : une radio en direct se joue du hasard pour dynamiser le spectacle et le résultat est étonnant ! On entend ainsi des commentaires à propos d’un match de rugby opposant les All Blacks aux… Argentins.

Lutte sans parole, Un poyo rojo charme les sens et donne furieusement envie de se rendre dans les vestiaires et de se lancer à corps perdu dans un troublant combat de coqs. Vous y laissez volontiers des plumes. ♥ ♥ ♥ ♥

UN POYO ROJO d’Hermes Gaido, Alfonso Barón et Luciano Rosso. M.E.S d’Hermès Gaido. Théâtre du Rond-Point. 01 44 95 98 21. 50 min.

© Paolo Evelina