1426086078_ubu_roi_affiche300

Au Lucernaire, Valéry Forestier restitue avec une drôlerie féroce le cultissime Ubu Roi d’Alfred Jarry. Fidèle à sa pratique du castelet, le metteur en scène convoque l’art de la marionnette, du théâtre d’objets et du clown pour une proposition haletante, truffée de bonnes idées et gourmande.

Relecture parodique du Hamlet et du Macbeth shakespeariens, Ubu Roi revisite la figure du roi tyrannique sous le prisme du grotesque. Amateur d’andouilles et de « Merdre », Père Ubu se montre de plus en plus assoiffé de pouvoir, conseillé par une Mère Ubu ambitieuse mais vite dépassée par les appétits colossaux de son nigaud d’époux…

Valéry Forestier amplifie ce phénomène d’endoctrinement totalitaire par le biais d’une vieille télévision diffusant un petit film d’exemplification anticipant Big Brother et cie. Rythmant fréquemment la représentation, ce dispositif ne fait jamais perdre de vue la satire du pouvoir exercée par Jarry. Après un Hot House pinterien inquiétant et déjanté, Forestier persiste et signe dans sa pratique du castelet. Les trois acteurs-troncs (Sabrina Amengual, Michaël Egard et Forestier lui-même) s’en donnent à cœur joie dans cette boite rectangulaire ludique à souhait. Interprétant plus de vingt rôles à une cadence effrénée, le trio conduit un train de jeu ultra physique impressionnant et remarquable de virtuosité.

Quelques accessoires (une perruque, une nappe, des lunettes ou un éventail) dessinent les contours de personnages hilarants. Ubu, campé par le colosse Michaël Egard, devient un enfant-roi plus qu’un roi-enfant pour qui la guerre est un vaste terrain de jeu irréel. La lumière effectue un focus sur tel ou tel comédien et permet des transformations d’une rapidité redoutable. Plongés dans le noir, les trois comédiens se métamorphosent en apparitions gaguesques à mourir de rire !

Si vous voulez découvrir un classique du théâtre français sous une optique ludique et menée tambour battant, alors n’hésitez pas ! Enfants, élèves ou adultes, tous y trouveront leur compte. ♥ ♥ ♥ ♥

© Rachel Rousseau
© Rachel Rousseau

Publicités