Quatre ans déjà qu’Oh Boy ! tourne. Couronnée du Molière du meilleur spectacle jeune public 2010, cette adaptation du best-seller de Marie-Aude Mirail saisit aux tripes pour ne plus vous lâcher. Olivier Letellier restitue avec éclat l’univers tendre-amer de l’auteur : pas de pathos ni d’édulcoration dans le traitement de sujets graves et sensibles pour des enfants comme l’adoption, l’abandon, l’homosexualité, la mort ou la reconstruction. Le regard pétillant de Guillaume Fafiotte (en alternance avec Lionel Erdogan) et ses bonds enjoués, combinés à un humour salvateur, constituent autant de soupapes de sécurité offrant une « happy end » rayonnante. Une heure de théâtre bouleversante. À voir en famille à Chaillot.

La vie de Barthélémy Morlevent, jeune homosexuel de vingt-six ans, chamboule le jour où il voit débouler dans son appartement un tribu de trois enfants. Il apprend ainsi l’existence d’un demi-frère et de deux demi-sœurs abandonnés par leur père commun et dont la mère vient de se suicider avec du Canard WC… Siméon, un surdoué maigrichon et leucémique ; Morgane, une binoclarde chouineuse et Venise, un adorable tête blonde sont placés à titre provisoire par une juge afin de savoir si ce grand frère a les épaules solides pour s’occuper de sa nouvelle fratrie. Ce jeune homme qui prend tout à la légère, doit apprendre à gérer du jour au lendemain une cellule familiale inattendue. Comment réussir à transmettre des valeurs lorsque l’on a soi-même été délaissé par son père ? Comment ne pas céder à ce qui pourrait être considéré comme un « fardeau » quand on passe son temps en boîte à s’amuser ?

Marie-Aude Mirail brasse beaucoup d’enjeux sociétaux dans son roman : des thèmes délicats à aborder en présence de jeunes personnes portés par une acuité du regard formidable. Loin de succomber au misérabilisme et à la pornographie émotionnelle, l’écrivain insuffle un bel élan d’espoir à une situation apparemment sans issue. Olivier Letellier a décidé de confier le kaléidoscope de personnages à un seul acteur. Guillaume Fafiotte s’avère prodigieux d’énergie et de gourmandise dans son interprétation. Collant à la peau de son rôle de jeune paumé en quête de ses origines, il se montre tour à tour vachard avec Josiane, sa demi-sœur ophtalmo et homophobe ; fêtard en écoutant du Mika ; apeuré à l’idée de l’ampleur de son nouveau devoir et terriblement humain face à la découverte de la maladie de Siméon. La mise en scène va à rebrousse-poil d’un quelconque pathos en multipliant un ludisme affiché. Letellier se fonde sur un théâtre d’objets où une chaise et des Playmobil deviennent les interlocuteurs de Bart, où des Barbie se transforment en téléphones et où des balles de ping-pong offrent une échappée heureuse à ce climat difficile. Enfin, une grande armoire, refuge ou cercueil occupe principalement l’espace.

On l’affirme ainsi clairement : Oh Boy ! s’érige comme un spectacle d’utilité publique, où les enfants ne sont jamais pris pour des idiots, bien au contraire. Drôlerie, émotion et intelligence des propos sont au rendez-vous. La mise en scène amusante, inspirée et poignante de Letellier captive tout comme le jeu de Guillaume Fafiotte. Vous en sortirez grandis.   ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

© Christophe Raynaud de Lage
© Christophe Raynaud de Lage